Nu dans le jardin d'Eden

Éditeur SONATINE
Paru le
Sur commande : Délai de 5 à 14 jours
Papier Disponibilité ISBN: 9782355842054

Garden Hills a connu des jours heureux. À l'époque où Jack O'Boylan, un magnat de l'industrie, a fait construire le village au fond d'une mine de phosphate qu'il a découverte et exploitée. Travail assuré, salaire, sécurité. Puis, les hommes de Jack ont quitté la place. Le créateur a abandonné sa création, la mine a fermé, les habitants ont déserté le village.

Seules une douzaine de familles ont résisté, constituant une véritable cour des miracles qui vit aujourd'hui encore dans l'espoir du retour de Jack O'Boylan. Le village pourrait néanmoins renaître seul de ses cendres grâce à Fat Man, qui a hérité de son père, propriétaire des terrains avant la construction de la mine, une véritable fortune. Mais personne n'attend plus rien de lui : Fat Man est un obèse qui passe son temps reclus dans sa maison à ingérer d'énormes quantités de nourriture en ignorant le monde extérieur. Reste Dolly, une ancienne reine de beauté, dont le souhait le plus ardent est de convertir Garden Hills à la modernité, c'est-à-dire au tourisme et à la débauche. Rapports de force, manigances amoureuses et sexuelles, trahisons et machinations : Dolly ne lésinera sur rien pour abattre les vieilles idoles et mener son projet à bien.

Quelque part entre Samuel Beckett et Jim Thompson, Harry Crews nous offre avec l'histoire de ces marginaux perdus dans une ville fantôme une interprétation saisissante de la Chute originelle. On trouve dans ce roman, le deuxième de l'écrivain, publié aux États-Unis en 1969 et jusqu'ici inédit en France, la noirceur, l'humour et la compassion qui ont fait le succès de Body, Car ou encore La Foire aux serpents.

Harry Crews (1935-2012) est l'auteur de seize romans, parmi lesquels Le Chanteur de gospel (Gallimard, 1995) et La Malédiction du gitan (Gallimard, 1998).

Les libraires craquent

  • Premier coup de coeur 2014 par la librairie Du Soleil

    Crews disait de ce court roman qu'il était la meilleure chose qu'il avait écrite. On est en Floride, dans la ville impossible de Garden Hills qui aurait été construite dans un puits de mine. La folie court dans ces collines, avec Dolly, Fat Man et Jester, personnages dérangés un peu beaucoup, tels qu'on les voit si souvent dans les romans d'Harry Crews. Un auteur qui gagne certainement à être connu!
    -Jean-Philip Guy


  • Commenté dans la revue Les libraires par Jean-Philip Guy, librairie Du Soleil

    Harry Crews affirmait que Nu dans le jardin d’Éden était son meilleur roman. Écrit en 1969, il traite de Garden Hills, petit village bâti dans l’environnement immédiat d’une mine de phosphate, qui sombre tranquillement dans l’oubli. Puis, Dolly revient, la « Miss Phosphate » à l’hymen d’acier qui a tenté sa chance à New York. Dans les hauteurs de son délire, celle-ci décide de revitaliser le village en y créant un spectacle tordu. L’immense Fat Man, vautré dans son château en haut de la colline, voit bien que plusieurs, y compris son Jockey Jester, le nain parfait, succombent à cette folie. Pourra-t-il y résister bien longtemps? On trouve dans ce roman des perles de folie qui sauront accrocher tout lecteur assoiffé d’audace. Un gros coup de coeur!

Vous aimerez peut-être...

X